La Quatrième Génération, François Caillat, 1997, 80 mins - Documentary

When: Thursday 28 June 2016 at 1.00pm and 6.00pm

Where: Hetzel Lecture Theatre, Institute Building, State Library of South Australia. Cnr of North Terrace and Kintore Avenue, Adelaide.

Cost: Free


Synopsis

La Quatrième génération traces the rise and fall of a family involved in the timber industry in Moselle from 1870 to its decline in the present day. This emblematic family saga reflects the history of a region and the ups and downs of its prosperity. Above all, the film reveals a strange national density; in the space of a single century, the governance of Lorraine switched back and forth between France and Germany five times. The fourth generation, which the filmmaker belongs to, is the one that came “afterwards”, when the game was over and only memories were left.

Résumé

"La Quatrième Génération" raconte l'histoire d'une famille mosellane ayant fait fortune dans le bois : son ascension, sa réussite, son déclin, entre 1870 et aujourd'hui.

Cette saga familiale est emblématique parce qu'elle reflète l'aventure d'une région et les aléas de sa prospérité. Elle révèle aussi une étrange destinée nationale : celle de tous les Lorrains qui ont vécu cinq fois écartelés entre leur identité française et leur annexion à l'Allemagne.
La quatrième génération est celle qui vient après : lorsque tout est joué et qu'il ne reste que le souvenir.

“La quatrieme génération” raconte l'histoire de ma famille, une famille de Moselle qui fit commerce du bois à partir de 1870 et vit arriver son déclin un siècle plus tard. C’est aussi, à travers cette saga familiale, un film sur l’identité d’une région: La Lorraine, plusieurs fois annexée par l’Allemagne et reconquise par la France. J’aurais pu être allemand, commerçant; je suis français, j’ai à peine connu l’entreprise avant qu’elle disparaisse...

De cette histoire centenaire, je ne savais rien. Je suis retourné en Moselle filmer les lieux de mon enfance, j’ai fouillé dans les anciens documents, j’ai écouté tous ceux qui participèrent à l’entreprise familiale: ma mère, mes tantes, les forestiers et bûcherons, les quelques survivants...

Souvenirs de trois guerres passées, souvenirs d’une époque où tout semblait s’inscrire dans la pérennité, souvenirs des trois générations précédentes d’où jaillissent les secrets et mystères des uns et des autres...

Ils me donnent à voir ce qu’il y a de plus fragile et de plus tangible dans l’histoire d’une famille, le fil d’où je viens.

François Caillat